Naissance de bébés Tigres Blancs

Portés pendant 110 jours par leur mère Orissa, née au zoo de Beauval
et arrivée à Amnéville en 2007, les trois tigres blancs se portent bien et sont
nourris par leur maman sous la supervision des vétérinaires. Ils ne seront mis
en présence de leur père qu’après leur sevrage, à l’âge de 2 à 3 mois.

Les nouveau-nés sont deux petits mâles baptisés Aran et Hyun, et une
femelle baptisée Fouyou. Leur père, Kantaji, est arrivé à Amnéville en 2008
depuis le Elmvale Jungle Zoo au Canada.

Rarissime, le tigre blanc doit son apparence à une mutation génétique
naturelle du tigre du Bengale. Originaire du nord de l’Inde, il n’a pas été vu à
l’état sauvage depuis les années cinquante, selon les spécialistes.
Les Tigres sont plus généralement une espèce classée « en danger » par
l’Union internationale pour la conservation de la nature, qui estime aujourd’hui
leur nombre à 3.800 sur la planète contre 100.000 il y a un siècle.

 

Rappel sur le tigre blanc

La plupart des gens pensent que les tigres blancs sont une sous-espèce différente. Le fait est qu’ils ne sont ni des sous-espèces différentes ni des albinos. Il s’agit plutôt de variantes mutantes de la sous-espèce existante. La couleur est due à un gène récessif qui crée la coloration pâle. En plus de cela, une autre caractéristique génétique rend les rayures très pâles. Ils peuvent se reproduire avec les tigres orange normaux, bien que près de la moitié des petits qui en résultent seront hétérozygotes (ayant les deux gènes différents) pour le gène blanc récessif, et ils auront une fourrure orange.

Les tigres blancs, comparés aux tigres oranges, ont tendance à être plus grands et bien bâtis, tant à la naissance qu’à l’âge adulte. Cela leur donne un avantage dans la nature, malgré leur coloration inhabituelle.

Les principales menaces qui pèsent aujourd’hui sur les populations de tigres sont la perte/fragmentation de l’habitat et le braconnage. La perte et la fragmentation de l’habitat se produisent lorsque les terres sont modifiées à des fins agricoles, d’exploitation forestière et de conversion des terres pour le pâturage des animaux domestiques. La croissance rapide de la population humaine a réduit le nombre d’habitats viables pour les tigres.

Les trois tigreaux blancs sont d’ores et déjà visibles du public.