Parc temporairement fermé - Ré-ouverture le 19 Mai

QU’EST-CE QU’UN TAMARIN PINCHÉ ?

Le tamarin pinché à crête blanche est un petit singe d’Amérique du Sud originaire des forêts tropicales de Colombie. La longue fourrure blanche qui couronne la tête de ce tamarin le distingue des autres. On ne le rencontre qu’en Colombie, dans une région très limitée. Son alimentation est très variée, comme celle de ses congénères, et ses petits sont élevés grâce à un système d’entraide auquel participent les mâles et les ainés. Il vit en bandes de 10 à 12 individus où seul un couple se reproduit, avec généralement 2 petits par portée. Ce tamarin est utilisé pour des recherches médicales, et il y a de nos jours plus d’individus en captivité que dans la nature. Le tamarin pinché est l’un des primates les plus menacés d’Amérique du Sud. Ils ont une longue queue, qui les aide à se tenir en équilibre. Les mâles et les femelles ont la même apparence, bien que les femelles puissent être légèrement plus grandes que les mâles. Les tamarins à crête de coton sont principalement actifs pendant la journée et vivent en haut des arbres. En raison de la déforestation, ils sont désormais confinés aux forêts de Colombie.

CARTE DE VISITE

Saguinus oedipus

CLASSIFICATION

Ordre : Primates
Famille : Callitrichidae
Genre : Saguinus

PICTOGRAMMES

Poids/Taille : 260-380g pour une taille de 23-26cm
Régime : Omnivore (insectivore, frugivore)
Milieu : Forêt tropicale
Gestation : 4 mois et demi
Longévité : 15-20 ans
Statut : CR en danger critique

RÉPARTITION

Colombie

OÙ VIT-IL ?

Le tamarin pinché vit exclusivement dans la forêt tropicale colombienne.

QUE MANGE-T-IL ?

Dans la nature, ces primates se nourrissent de fruits, d’insectes, de végétation, de petits vertébrés et d’œufs d’oiseaux.

QUELS SONT SES PRÉDATEURS ?

Les prédateurs du tamarin pinché sont les petits félins, les rapaces et les serpents.

UNE ESPÈCE EN VOIE D’EXCTINCTION

Le tamarin pintché fait malheureusement partie de la liste es espèce en danger critique d’extinction, c’est-à-dire au bord de la disparition à l’état sauvage. La population sauvage est estimée à moins de 7000 individus contre 20-30 000 dans les années 70. La population aurait été réduite de 80% ses 20 dernières années. En cause, la destruction de leur habitat par la déforestation et le braconnage. Leur plus grande menace est la déforestation, car une grande partie de leur habitat préféré a été défrichée pour le bois, les terres agricoles et l’industrie. Cela signifie que les populations actuelles sont très fragmentées et qu’il leur est difficile de maintenir leur nombre. Elles ont également souffert aux mains des humains, qui les ont capturées pour les vendre comme animaux de compagnie ou pour la recherche biomédicale. Depuis les années 1970, cette espèce est protégée en Colombie, mais ses effectifs ont continué à diminuer en raison de la déforestation continue. Un travail de conservation est nécessaire pour aider à sauver cette espèce.

VOCALISES GOURMANDES

Ces petits primates ont la particularité de produire des vocalisations spécifiques selon la nourriture qu’ils débusquent. Ils peuvent donc avertir leurs congénères sur le type d’aliment trouvé.

STRATÉGIE DE REPRODUCTION

Chez les tamarins il existe un mode de mise bas coopératif. Les adultes du groupe s’entraident pour la naissance mais également le soin porté aux jeunes. Il peut y avoir plus d’un mâle et d’une femelle adultes dans le groupe, mais une seule femelle se reproduit. Les mâles et les autres membres du groupe jouent un rôle majeur dans les soins apportés aux jeunes. La femelle reproductrice donne généralement naissance à des jumeaux. La période de gestation est d’environ 4 à 5 mois. Enfin, la maturité sexuelle du tamarin pinché est atteinte à 18 mois. Comme les autres tamarins, ils donnent généralement naissance à des jumeaux après une période de gestation qui naissent sans défense et sont portés partout par le groupe, jusqu’à l’âge de deux mois où ils deviennent indépendants.

DES PRIMATES SOCIAUX

Ce sont des singes très sociaux qui ont tendance à vivre en groupe. Comme les autres espèces de tamarin, lorsqu’ils ne se nourrissent pas, ils consacrent beaucoup de temps à leur toilettage social. Ils sont territoriaux, marquent leur territoire à l’odeur et le défendent si nécessaire en gonflant leur fourrure et en poussant des cris forts pour effrayer les intrus.