siamang zoo amneville

Siamang

Symphalangus syndactylus

Ordre : Primates

Famille : Hylobatidae

Genre : Symphalangus

Poids

10 à 15 kg

Taille

70 cm à 90 cm

Régime

Herbivore

Milieu

Forêt équatoriale

Gestation

7 mois

Longévité

25 - 30 ans

statut en danger

Un gibbon qui a de la voix !

Au lever comme au coucher du soleil, les siamangs se lancent dans des vocalisations impressionnantes, qui s’entendent à plus de 3 kilomètres. Ils marquent ainsi leur territoire et renforcent la cohésion du groupe. Comme ses cousins, les gibbons, ou encore les orangs-outans, les siamangs se déplacent par brachiation, c’est-à-dire en se balançant de branche en branche uniquement à la force des bras. Le siamang ne descend que très rarement au sol, d’où ses minuscules membres postérieurs. Les siamangs forment des couples monogames fidèles aux alentours de 6-7 ans.

Qu'est-ce qu'un siamang ?

Le siamang est un grand singe appartenant à la famille des gibbons, les Hylobatidae. Ce groupe comprend 20 espèces différentes dont le gibbon lar, Hylobates lar, visible ici au zoo d’Amnéville. Les siamangs fréquentent les canopées des forêts tropicales des montagnes Barisan de Sumatra en Indonésie et au sud de la rivière Perak en Malaisie.

Le siamang (symphalangus syndactylus) se trouve dans les montagnes Barisan de Sumatra (Indonésie) et dans les montagnes de la péninsule malaise, au sud de la rivière Perak. Les siamangs se trouvent dans les basses terres, les collines et les forêts de diptérocarpées supérieures. Ils passent la plupart de leur temps dans la canopée mi-supérieure.

La population de siamang est estimée à environ 22 400 individus, cependant cette espèce est classée en danger de disparition dû aux menaces qui pèsent sur elle. Seul 4% de son aire de répartition est protégée ce qui entraîne une rapide déforestation pour l’exploitation du bois et l’extension des cultures. De plus, de nombreux couples sont tués dans le but de récupérer leur bébé revendu illégalement sur le marché des animaux de compagnie. Cette destruction de la forêt tropicale est provoquée par la mise en place de culture notamment de palmier à huile. Entre 1985 et 2007 environ 40% de l’habitat des siamangs a été détruit. 

Monogame et très territorial. Les membres de cette espèce prennent leur temps pour choisir un partenaire et ne prennent généralement pas un autre partenaire si le premier meurt. La période de gestation est de 230 à 235 jours (7 mois). Les femelles donnent généralement naissance tous les 2 à 3 ans à un jeune, mais des jumeaux se produisent parfois. Le nourrisson est sevré entre 18 et 24 mois et atteint sa maturité vers 6 à 7 ans. Une femelle donne rarement naissance à plus de 10 petits au cours de sa vie. La progéniture s’accroche constamment au ventre de la mère pendant ses 3 à 4 premiers mois de vie. Les femelles allaitent leurs petits jusqu’à ce que les jeunes aient environ deux ans. Les mâles aident aux soins parentaux chez les siamangs en aidant à défendre les jeunes, à défendre le territoire et parfois en toilettant, en jouant avec ou en portant les jeunes. Les frères et sœurs plus âgés peuvent également aider à élever des frères et sœurs plus jeunes.

Le siamang est le plus gros des gibbons, pesant entre 10 et 12 kg. La longueur tête-corps varie de 71 à 90 cm. Ils ont un épais manteau de fourrure noire et des bras longs et minces. La longueur des bras peut atteindre 2,3 à 2,6 fois la longueur du corps. Les deux sexes ont de longues canines, des pouces opposables et un gros orteil profondément séparé du pied. Symphalangus syndactylus a un visage au museau court qui est presque glabre, accompagné d’un gros cerveau. La caractéristique la plus distinctive des siamangs est le sac de la gorge élargi qui peut être aussi gros qu’une tête humaine ! Ces sacs de gorge sont utilisés comme caisse de résonance pour amplifier leurs vocalisations fortes.

Les siamangs sont syndactyles, leurs 2e et 3e orteils étant fusionnés par une fine toile de peau.

Le siamang survit principalement sur les feuilles et les fruits, mais se nourrit également d’insectes, d’œufs d’oiseaux et de petits vertébrés. Il mange une proportion de feuilles beaucoup plus élevée que tout autre gibbon (43 à 48 pour cent). Pendant une grande partie de leur temps d’alimentation, ils sont suspendus par un bras.

Le siamang est très territorial. Le mâle et la femelle marquent vocalement leur territoire en chantant un duo. Les confrontations intraspécifiques impliquent souvent des poursuites à grande vitesse à travers les arbres au-dessus du sol, des gifles et des morsures au fur et à mesure. Les deux sexes participent à des confrontations sur les frontières. La locomotion est généralement bipède au sol. Dans les arbres, ces animaux se déplacent par acrobatie main sur main en se balançant à travers les branches, un processus appelé brachiation. Les Siamangs se réveillent au lever du soleil et exécutent leur « concert » matinal. Puis ils partirent à la recherche de nourriture. Il faut généralement environ cinq heures à un siamang pour se rassasier. Après environ 8 à 10 heures d’activité, il retourne à son lieu de sommeil. L’une des activités sociales les plus importantes d’un siamang est le toilettage. Les adultes se toilettent en moyenne 15 min/jour. Le toilettage est une démonstration de domination ; le plus dominant reçoit plus de toilettage qu’il n’en donne. Un mâle adulte toilette une femelle et des mâles subadultes. Pendant la saison de reproduction, il consacre plus de temps à la femelle.

Rapaces et serpents comme le python réticulé chez les jeunes. Carnivores pour les adultes.

Découvrez d’autres animaux d’Asie et d’Europe : panda roux, ours brun, panthère de l’Amour, panthère des neiges, tigre de Sibérie, orang-outan, aigle royal, caracal, binturong, gypaète barbu, phalanger volant.

Localisation

Indonésie et Malaisie.