Parc ouvert - mesures Covid 19

Girafe

Giraffa camelopardalis

Ordre : Cetartiodactyla

Famille : Giraffidae

Genre : Giraffa

Poids

800 - 1 900 kg

Taille

4,5 - 6 m

Régime

Folivores

Milieu

Savane, Forêt

Gestation

16 mois

Longévité

10 - 15 ans

Un animal hors normes

C’est l’animal terrestre le plus grand au monde. Sa langue immense et gluante pouvant atteindre les 50 cm, permet aux girafes d’attraper les feuilles des arbres. Les bosses présentes sur leur tête se nomment ossicônes, et sont constituées d’os et non de kératine. C’est également l’animal qui possède le cœur le plus gros du règne animal en proportion de son poids : il peut peser jusqu’à 11 kg. Petite dormeuse, elle fait des micro-siestes tout au long de la journée et la nuit, pour un repos total d’environ 4 h par jour. 

A quoi ressemble la girafe ?

Elle est caractérisée par de grands yeux et de grandes oreilles; un dos incliné des épaules à l’arrière-train; des pattes comme des échasses terminées par de lourds sabots, et une queue fine avec une longue touffe noire pour chasser les mouches. Les cornes sont plus développées chez le mâle que chez la femelle.

Les femelles s’accouplent avec les mâles dominants qui ont lutté entre eux “cou contre cou”. Ce sont des parades plus que des combats entre jeunes mâles ou nouveaux venus. Le gagnant renforce son succès en montant sexuellement son rival déchu. 

La femelle donne naissance à un girafon (rarement deux) Le nouveau-né pèse 50 kg et mesure 2 mètres. Pendant dix à trente jours, la mère le tient à l’écart des autres; le sevrage a lieu au bout de treize mois.

 

 

 

La girafe s’alimente principalement de feuilles d’acacia et de mimosa.

Le long cou de la girafe lui permet d’atteindre de la nourriture inaccessible pour tous les autres animaux terrestres. Ainsi, la girafe peut aisément se nourrir de branches d’acacia encore vierges.

Il n’y a pas d’explication scientifique officielle à la couleur bleue de la langue de la girafe. Cependant, plusieurs hypothèses affirment que cette couleur bleue servirait à protéger la girafe des coups de soleil (sur la langue) et de la toxicité pouvant être générée par les acacias.

La hauteur de la girafe l’oblige à boire en tenant les pattes écartées, ou même à genoux. Lorsqu’elle est debout, le cœur pompe le sang à très grande pression pour atteindre le cerveau, mais lorsqu’elle baisse la tête pour boire, une série de valves tournées dans le même sens le régule pour éviter d’endommager le cerveau. Elle boit tous les deux à cinq jours.

La girafe peut atteindre une vitesse maximale de 60 km/h. 

La population sauvage de girafes est en constante diminution depuis des décennies. Cela s’explique par la perte de leur territoire, remplacé par des cultures mais aussi la guerre civile qui fait rage dans certains pays d’Afrique. Enfin, notons que le braconnage représente aussi une grande menace, la chasse étant même légale dans certains pays.

Les girafes sont quasiment muettes puisqu’elles ne produisent aucun son audible pour l’homme (infrason). Elles peuvent cependant émettre des sifflements ou grognements en cas de danger pour prévenir le reste du troupeau.

Voici les 9 sous-espèces de girafes recensées dans le monde :

  • Angolensis : la girafe d’Angola que l’on trouve en Namibie, Botswana et Zimbabwe.
  • Antiquorum : la girafe de Kordofan que l’on trouve en République Démocratique du Congo, dans le nord du Cameroun, en République Centrafricaine ou dans le Soudan du Sud.
  • Camelopardalis : la girafe de Nubie que l’on trouve en Ethiopie et au Soudan du Sud.
  • Peralta : la girafe d’Afrique de l’Ouest que l’on trouve au Niger.
  • Reticulata : la girafe réticulée que l’on trouve au Kenya, en Somalie ou en Ethiopie.
  • Rothschildi : la girafe de Rothschild que l’on trouve au Kenya ou en Ouganda.
  • Thornicrofti : la girafe de Thornicroft que l’on trouve en Zambie.
  • Tippelskirchi : la girafe Masaï que l’on trouve au Kenya et en Tanzanie.
  • Giraffa : la girafe d’Afrique du Sud que l’on trouve au Mozambique, au Zimbabwe, au Botswana et bien entendu en Afrique du Sud.

Depuis quelques années maintenant, les techniques moderne d’analyse de l’ADN ont permis de repartir les girafes en 9 sous-espèces. Le zoo d’Amnéville accueille l’une des sous-espèces les plus menacées : la girafe de Rothschild. La population sauvage est estimée à 1 399 individus. Les 9 sous espèces de girafes se différencient par leur peau qui arbore des motifs et des couleurs variées (plus ou moins grosses, plus ou moins foncées). Mais également par leur alimentation.

Comme expliqué ci-dessus, les 9 sous-espèces se distinguent par leur robe. La girafe réticulée a des taches anguleuses châtain foncé séparées par des lignes claires en réseau. D’autres sous-espèces ont des taches irrégulières, du jaune au noir, séparées par plus ou moins de blanc. La robe de la girafe ne change pas au cours de sa vie, et l’aide à se faire reconnaître par les autres, même si les teintes varient suivant les saisons et l’état de santé de l’animal.

La gestation est longue et intervient durant la saison des pluies. La femelle met au monde un unique girafon qui naît à 50 kg. Après les premières semaines, les petits sont mis à la crèche, les mères se relaient pour surveiller les jeunes girafons. Sans cela, la femelle ne s’éloignerait jamais à plus de 25 m de son petit.

Les girafes sont chassées par les lions, les léopards et les hyènes.

Petite dormeuse, la girafe dort par micro-sieste tout au long de la journée et la nuit pour un repos d’environ 4 h par jour. A noter que les girafes dorment debout dans la nature sous forme de micro-sieste (elles dorment couchées au parc zoologique d’Amnéville). En effet elles mettent trop de temps pour se relever, ce qui serait dangereux en cas de prédateurs.

Découvrez d’autres espèces du continent africain : rhinocéros, serpentaire, lycaon, lion, hippopotame, gorille, éléphant d’Afrique, guépard, caracal, suricate, zèbre, maki catta, serval.

Localisation

Afrique sub-saharienne et de l’ouest : du Tchad à l’Afrique du Sud en passant par l’Ethiopie.