Parc ouvert - mesures Covid 19

Panthère des Neiges

QU'EST-CE QU'UNE PANTHÈRE DES NEIGES ?

Semblable au léopard dans le choix de ses proies, ce grand félin à fourrure laineuse fréquente les falaises, les broussailles, les forêts claires de conifères jusqu’à une altitude de 5800 mètres. Cet animal peut être nommé panthère des neiges ou léopard des nieges. Les habitudes de reproduction sont celles des félins de même taille, bien que les portées comptent jusqu’à 4 petits.

OÙ VIT LA PANTHÈRE DES NEIGES ?

Les panthères des neiges sont rarement observées dans la nature, car elles vivent en altitude dans les montagnes d’Asie centrale, dont la chaîne de l’Himalaya. Bien qu’elles traversent librement les frontières internationales de 12 pays, leur comportement secret et leur habitat isolé parmi les plus hautes montagnes du monde ajoutent à leur mystère.

QUE MANGE-T-ELLE ?

La panthère des neiges chasse les yaks et les kiangs (ânes sauvages du Tibet), mais aussi moutons, chèvres, marmottes, pikas, lièvres et oiseaux.

LE FANTÔME DES MONTAGNES

C’est ainsi que l’on surnomme la panthère des neiges. Ce félin est tellement bien adapté à son milieu qu’il est difficile de l’apercevoir. Le fait qu’il vive dans des régions isolées et difficiles d’accès n’aident pas non plus à l’étudier. Bien que cette espèce voit aujourd’hui sa population décroitre, ce surnom ne lui vient pas d’un faible nombre d’individu, mais bien d’une discrétion légendaire, la rendant presque invisible dans son habitat naturel. On retrouve cette panthère entre 500 et 5800 m d’altitude dans la chaine de l’Himalaya. Entre forêts rases et pierriers impraticables, sa capacité à passer inaperçu même pour les yeux les plus aguerris ont fait du léopard des neiges l’un des animaux le plus secrets et énigmatiques sur terre. Pour pouvoir suivre l’évolution des populations de panthères des neiges, les scientifiques ont mis en place des pièges photographiques. Dès qu’un animal passe devant ce piège, celui-ci est automatiquement pris en photo. Par la suite, les scientifiques arrivent à déterminer combien d’individus différents passent devant l’objectif grâce aux tâches, dont les dessins diffèrent d’une panthère à l’autre. En le faisant sur plusieurs territoires donnés, ils peuvent ainsi faire une estimation du nombre d’individus existant encore. Aujourd’hui, on estime qu’il reste entre 4500 et 6000 panthères des neiges dans la Nature.

UN MILIEU DE VIE EXTRÊME

La panthère des neiges est parfaitement bien adaptée à son milieu naturel. La couleur de sa robe lui offre un parfait camouflage au milieu des rochers, comme de la neige. Sa fourrure, très épaisse est constituée d’un sous poil laineux qui la protège contre les températures les plus basses. On retrouve également des poils isolants entre les coussinets. Ses pattes, très larges, lui servent de raquette. Elles lui évitent ainsi de s’enfoncer dans la neige. Ses pattes arrière, plus longues que les pattes avants, permettent à la panthère de réaliser des bonds de 15 mètres de long et de 2 mètres de haut ! Sa queue, très épaisse et longue, constitue une bonne réserve de graisse, toujours dans cette logique de protection contre le froid. Dans les milieux très escarpés comme la haute montagne, la queue de la panthère est un parfait balancier qui l’aide à garder un bon équilibre. Pour finir, au niveau de la tête, la panthère des neiges a des oreilles plus petites que les autres espèces de panthères, ce qui la déperdition de chaleur. Elle va également avoir des cavités nasales plus larges qui lui permettent de réchauffer l’air qu’elle inspire.

Le témoin d’une nature saine

La présence de cet animal aux mœurs bien gardées nous renseigne sur l’état de santé de son écosystème. Si les populations de panthère des neiges se développent, cela signifie que son habitat est en bonne santé. Ces mêmes habitats qui par leurs sources d’eau potable alimentent près d’un tiers de la population mondiale.

POURQUOI LA PANTHÈRE DES NEIGES EST-ELLE EN VOIE DE DISPARITION ?

La principale menace de l’espèce est la diminution de ses proies naturelles. En effet, les argalis (moutons sauvages) et les ibex (chèvres sauvages) constituent l’alimentation principale du grand félin.

Malheureusement, l’expansion de l’élevage du bétail empiète sur les pâturages destinés aux proies du léopard et les font disparaître. Privé de ses proies naturelles, le léopard des neiges s’attaque aux moutons et chèvres domestiques. Les recherches menées par l’association Snow Leopard Trust ont montré qu’un tiers de l’alimentation des panthères des neiges proviendrait des troupeaux de bétail. Cela entraine des conflits entre les bergers et le grand félin. Conflits à l’issue desquels le léopard sort toujours perdant. Face à ce constat, des solutions existent. Snow Leopard Trust travaille aux côtés des éleveurs pour mettre en place des mesures compensatoires face aux pertes de bétails. En Inde, l’association a aussi mis en place des zones sans pâturage en 1998. Aujourd’hui, il y a 5000 ha de zones exempt de pâturage, ce qui a permis aux proies naturelles du léopard de revenir. L’association intervient également dans les écoles et les villages pour sensibiliser les populations locales à l’importance de la panthère des neiges et de l’intérêt à la protéger. Grâce à leurs interventions, on compte aujourd’hui 4700 familles impliquées dans des programmes de conservation !