TigerWorld

Salle climatisée.

inclus dans le prix d'entrée du zoo.

Horaires des spectacles :

Jusqu'au venredi 17 mars 2017 :

  • Spectacles uniquement sur réservation (contactez notre service "groupes et professionnels")

Du samedi 18 mars au vendredi 31 mars 2017 :

  • 1 spectacle à 15h les samedis et dimanches
  • Les autres jours: uniquement sur réservation.

Du samedi 1er avril au dimanche 23 avril :

  • de 1 à 3 spectacles par jour selon l'affluence

Du lundi 24 avril au vendredi 7 juillet :

  • Les week-ends et jours fériés : de 1 à 3 spectacles par jour selon l'affluence
  • Les mercredis : 1 spectacle à 15h30
  • Les lundis, mardis, jeudis et vendredis : 1 spectacle à 14h30

Du samedi 8 juillet au dimanche 3 septembre :

  • 1 à 3 spectacles par jour selon l'affluence

Après deux années de travaux, de préparation et d’éducation des tigres, Le Zoo d’Amnéville a ouvert sa fabuleuse nouveauté « TIGERWORLD » le 11 avril 2015 : un spectacle époustouflant, dans un univers fantastique de décors grandioses, de projections numériques et d’effets spéciaux. C'est un hommage à l’un des plus beaux animaux du monde, aujourd’hui menacé de disparition.

Tous les ans, TigerWorld vous présente un
nouveau spectacle encore plus exceptionnel !

Les auteurs et les acteurs du projet

Rémy FLACHAIRE. Les visiteurs du Zoo d’Amnéville le connaissent, ils ont pu l’applaudir pendant cinq ans comme fauconnier à cheval. Après avoir dressé des chevaux et des aigles, Rémy a décidé de se tourner vers les fauves qui l’ont toujours fascinés. Après 3 ans d'intimité avec les tigres, Rémy s’avère très doué ; à 27 ans, il est aussi un des plus jeunes dresseurs actuels.
Michel LOUIS a vu sa vocation de zoologiste naître à l’âge de 4 ans en visitant la ménagerie d’un grand cirque. Il est directeur général du Zoo d’Amnéville qu’il a créé en 1986 et qui est devenu une référence au niveau européen. Passionné par les fauves, Michel s’est initié au dressage des tigres et des lions durant sa jeunesse ; il réalise aujourd’hui son rêve en retournant dans la cage.

TIGERWORLD : un spectacle unique au monde

La salle apparaît comme une immense caverne abritant un temple khmer et s’ouvrant sous la montagne au cœur de la jungle ; 53 mètres de diamètre, 2000 sièges individuels à dossier avec visibilité totale, chauffée en hiver, climatisée en été. On y pénètre par une grotte préhistorique ornée de gravures rupestres, sous des cascades qui jaillissent d’une falaise haute de 16 mètres.
Le spectacle commence par un film pédagogique qui est diffusé sur un écran de quarante trois mètres. Puis la voix du narrateur laisse la place à un homme seul parmi neuf tigres du Bengale (7 tigres classiques et 2 tigres blancs) : une magnifique démonstration de dressage en douceur destinée à mettre en valeur l’animal, sa beauté, ses capacités physiques. Certaines séquences, rarement tentées avec des tigres, démontrent une véritable complicité avec le dresseur.
De gros moyens techniques et artistiques accompagnent le spectacle. Jamais personne n’avait intégré un grand groupe de tigres dans un décor aussi grandiose, un univers où la poésie se mêle à la violence des éléments déchaînés. TIGERWORLD nous fait rêver d’un monde où l’homme, au lieu de détruire la biodiversité, dialoguerait avec les fauves et toutes les forces de la nature.

Un "quatre étoiles" pour fauves

En dehors des spectacles et entrainements, chaque tigre dispose d’une vaste loge intérieure bien aérée, maintenue à une température de +10° par les plus grands froids. Les tigres passent plusieurs heures par jour dans des parcs extérieurs couvrant 600 m2 et comportant chacun des perchoirs et une piscine. Après chaque spectacle, les visiteurs peuvent aller voir les parcs extérieurs des tigres.
Dans les zoos l’animal vit en sécurité, reçoit une nourriture saine et abondante ; il est à l’abri des intempéries, vacciné, soigné s’il est malade. Cette vie facile lui permet de vivre mieux et plus longtemps que dans la nature. Pour éviter que l’animal vienne à s’ennuyer par manque d’activité, les zoos pratiquent des techniques d’ « enrichissement du comportement » en dissimulant de la nourriture, en proposant des jouets, en modifiant périodiquement le décor. Le dressage en complicité avec l’homme fournit à l’animal une véritable activité et une motivation : il est très bénéfique au psychisme des animaux et à leur bien-être, c’est le meilleur des « enrichissements ».

Nos méthodes de dressage. (par Michel Louis)

Deux de nos tigres sont nés au Zoo d’Amnéville et ont été élevés au biberon par Rémy. Les autres, nés dans des zoos ou des cirques, sont arrivés âgés de 3 à 12 mois. Avant de commencer le dressage proprement dit, il faut établir un lien de confiance avec chaque tigre. On leur parle beaucoup, la voix du dresseur les rassure et ils l’apprécient : malgré leur puissance les tigres sont assez craintifs, ils doivent êtres persuadés qu’en présence du dresseur rien ne peut leur arriver.
Le dressage proprement dit commence quand l’animal est âgé d’au moins un an. Il faut beaucoup de temps, de patience et d’amour. La précipitation, l’énervement, à plus forte raison la brutalité, sont évidemment exclus. Je ne pense pas qu’il soit possible de dresser des tigres en utilisant la brutalité, car l’animal serait une véritable bombe à retardement : le tigre a une excellente mémoire, et la rancune tenace ! Nous avons dressé les tigres avec l’aide d’un maître dans cette discipline : Monsieur William VOS ; sans contrainte, tout en douceur et complicité. Les tigres ne perçoivent pas les choses comme nous, c’est à nous de nous adapter à eux et non l’inverse.
Le dresseur tient en main une tige de bambou qui sert à guider, permet d’offrir une récompense tout en gardant une distance de sécurité ; il attire l’attention de l’animal et lui fait comprendre la direction à suivre. La chambrière ou la badine (touchette) n’ont pas pour fonction de frapper l’animal ! Elles vont le chercher, l’encadrent, le guident. Pour faire comprendre à un fauve ce que l’on attend de lui on utilise le geste et la voix, et aussi de petits morceaux de bœuf qui l’attirent dans la bonne direction puis servent de récompense. Ceci implique que les fauves ne mangent jamais avant un entraînement ou un spectacle ; le soir chaque tigre reçoit sa ration de viande, qu’il ait donné satisfaction ou non. Si un tigre ne comprend pas ce qu’on attend de lui, il faut s’arranger pour le laisser sur une note positive, et recommencer le lendemain.
La prudence est une qualité indispensable pour un dresseur de fauves, car même dressé un tigre reste un super-prédateur aux réflexes extrêmement rapides. L’animal affectueux, qui accepte le contact physique avec son dresseur, peut être le plus dangereux s’il oublie de contrôler sa force et les armes terribles que sont les crocs et les griffes. Les fauves ne sont pas des animaux de compagnie !

Un rôle éducatif

A travers TIGERWORLD, Rémy et Michel ont l’ambition de sensibiliser les visiteurs à la beauté du tigre, au drame écologique que constituerait sa disparition. Ils veulent faire du tigre un symbole pour informer le public sur la conservation de la biodiversité, la lutte contre le trafic et la destruction des milieux naturels. La pédagogie est omniprésente, des espaces-éducation de toute beauté sont consacrés à la biologie du tigre et à sa conservation. Un parcours-aventures permet aux enfants de partir à la recherche du préhistorique « tigre à dents de sabre ». Un film explique les méthodes de dressage.

Un grand dessein pour la conservation du tigre.

Parmi tous les parcs européens le Zoo d’Amnéville est l'un des plus fortement impliqués dans la conservation de la biodiversité, il a consacré durant ces 5 dernières années plus de 2.000.000 Euros à soutenir une vingtaine de programmes à travers le monde. Le Zoo d’Amnéville finance quatre programmes de conservation du tigre : dans la réserve de « Suklapanta » (sud-est du Népal), dans l’Arunachal Pradesh (nord-est de l’Inde), dans le Parc National des Sundarbans, au Bengladesh, et au Vietnam. Cette action est menée en partenariat avec l’Organisation « AWELY » qui suit les programmes sur le terrain et les gère en collaboration avec ses partenaires de chaque pays.