Parc ouvert - mesures Covid 19

Loup arctique

Alophus californianus

Ordre : Carnivora

Famille : Canidae

Genre : Canis

Poids

35 - 55 kg

Taille

120 cm

Régime

Carnivores

Milieu

Plaine, forêt, toundra arctique

Gestation

2 mois

Longévité

10 - 15 ans

Au sein d'une meute

Au sein d’une meute de loups,  un seul couple a le droit de se reproduire. Ce sont le mâle et la femelle dominants. Au fil de l’eau, les autres individus quittent la meute quand ils souhaitent se reproduire. Cela permet de limiter la consanguinité et de limiter la taille de la meute.

Comment les loups arctiques survivent-ils aux températures extrêmes ?

Ces loups sont adaptés aux rigueurs hivernales du cercle polaire. En effet, cette espèce présente des adaptations anatomiques, comportementales et physiologiques pour survivre au froid extrême.

  • Tout d’abord, si on les compare aux loups gris, les loups arctiques sont munis de plus petites oreilles. Cela signifie que cette zone propice à la perte de chaleur est réduite chez cette sous-espèce de canidés. En d’autres termes, ses petites oreilles permettent aux loups arctiques de perdre moins de chaleur.
  • Ensuite, le pelage du loup arctique est très épais et isolant. Cette fourrure est composée de deux couches, l’une intérieure qui sert d’isolant, et l’autre extérieure permettant de résister à l’eau et à la neige tout en s’épaississant de manière adaptative en fonction de l’intensité du froid.
  • Le loup arctique dispose de fourrure sur ses pattes avec comme but de les isoler de la neige et de la glace, tout en maintenant une bonne adhérence au sol.
  • Cette espèce est aussi dotée d’une épaisse couche de graisse corporelle lui permettant une bonne isolation et un stockage des aliments pendant les longue périodes d’hiver.
  • Comme d’autres animaux tels que les pingouins, les pattes du loup arctique sont dotées d’un mécanisme qui va servir à les maintenir à une température inférieure à celle du corps. Ainsi, la perte de chaleur par ces extrémités du corps qui sont systématiquement en contact avec le sol glacial est grandement réduite.

Leurs longues et larges pattes leur permettent de ne pas s’enfoncer dans la neige, de mieux se mouvoir et ainsi de chasser plus aisément. Son pelage va également se densifier avec la chute des températures, tout en demeurant blanc pour se camoufler dans le milieu ouvert et enneigé des toundras arctiques.

Le loup arctique, qui est également appelé loup polaire ou loup blanc, est un mammifère faisant partie de la famille des canidés. C’est une sous-espèce des loups gris.

On trouve principalement le loup arctique en Alaska ainsi que dans le nord du Canada et du Groenland.

Le loup arctique est un animal carnivore. Comme tous les loups, c’est un chasseur qui opère en meute, traquant ainsi les bœufs musqués, les caribous, les lièvres arctiques ou encore les phoques.

Même s’il n’a pas de prédateur naturel, le loup arctique fait face à plusieurs menaces générées par le changement climatique. En effet, le bouleversement que notre planète connaît raréfie les proies du loup arctique. Ce même changement climatique détruit également l’habitat du loup arctique qui doit peu à peu migrer vers de nouvelles régions. Enfin, notons que l’Homme est aussi une menace pour cette espèce. En cause, les chasseurs qui traquent cet animal pour sa fourrure.

 

Comme tous les autres loups, le loup d’arctique vit majoritairement en groupe. Mais pas n’importe quel groupe. En effet, une meute de loup est constituée d’un couple alpha, donc dominant qui sont les seuls à pouvoir se reproduire. Les autres loups souvent apparentés à ce couple, soit des frères et sœur, soit des jeunes des portées précédentes. Cette organisation particulière colle parfaitement aux contraintes que cet animal rencontre dans son milieu naturel.

Le loup arctique adopte une méthode de reproduction hiérarchisée. Seul le couple alpha a le droit de se reproduire au sein de la meute. C’est-à-dire le mâle et la femelle dominante. Cela permet de limiter la consanguinité et de limiter la taille de la meute. Dans le cas où les autres individus voudraient se reproduire, ils devront quitter la meute.

Les loups arctiques peuvent parcourir plus de 100 km par jour, avec une vitesse de croisière supérieure à 8km/h et des pointes pouvant atteindre les 70 km/h.

Le loup arctique n’a pas de prédateur naturel.

Localisation

Nord des Etats-Unis (Alaska), Canada et Groenland.