portrait loup arctique

Loup arctique

Canis lupus arctos

Ordre : Carnivora

Famille : Canidae

Genre : Canis

Poids

35 - 55 kg

Taille

120 cm

Régime

Carnivores

Milieu

Plaine, forêt, toundra arctique

Gestation

2 mois

Longévité

10 - 15 ans

IUCN-scale-black-LC (1)

Qu'est-ce qu'un loup arctique ?

Le loup arctique est uniquement présent dans les régions nordiques de l’Amérique du Nord, en Alaska, au Canada et au Groenland. Contrairement aux autres sous-espèces de loups, il vit dans l’un des milieux les plus hostiles de notre planète, il doit être capable de supporter des températures pouvant atteindre -50°C.

Canis lupus, était présent sur quasiment l’ensemble des terres de l’hémisphère nord de l’arctique au nord jusqu’au centre du Mexique en Amérique, jusqu’en Afrique du nord ainsi qu’en Asie du sud. Ayant colonisé de nombreux environnements très différents les uns des autres, il a dû s’adapter aux conditions de vie rencontrées. De ce fait 38 sous-espèces de loups sont reconnues par le monde scientifique. Elles varient morphologiquement et génétiquement les unes des autres.

En effet, ces 38 sous-espèces présentent des particularités permettant de survivre dans l’environnement où elles vivent. Les mâles peuvent peser entre 30 et 80 kg pour une taille comprise entre 1 et 1,30 mètre, queue comprise. Les femelles quant à elles pèsent entre 23 et 55 kg pour une taille comprise entre 87 cm et 1,20m. Les loups présentent une hauteur qui peut varier entre 60 et 90 cm. Les couleurs des individus changent selon l’environnement où les sous-espèces évoluent. Les sous-espèces du nord par exemple présentent des pelages clairs. Les sous-espèces plus au sud présentent des pelages dont les couleurs varient entre le le brun, le gris et le noir. De manière générale, les individus des sous-espèces originaires des régions nordiques sont généralement plus corpulent. Par exemple les loups de France, Canis lupus italicus, se caractérise par un pelage de couleur gris fauve avec un poids moyen de 35 kg alors que les loups arctiques du grand nord américain, Canis lupus arctos, possèdent un pelage blanc et pèsent en moyenne 45 kg. Lors de la saison hivernale, le loup arctique possède un pelage de bourre très dense permettant d’isoler du froid. Le pelage externe permet de protéger de potentielles blessures. Lors de la belle saison, le loup perd son pelage d’hiver et présente alors un pelage ébouriffé.

On trouve principalement le loup arctique en Alaska ainsi que dans le nord du Canada et du Groenland.

Le loup est carnivore et peut chasser seul ou en meute. Il peut également voler la proie d’autres prédateurs ou se nourrir de charognes. En France, le loup chasse des proies de taille moyenne, de ce fait la carcasse ne peut nourrir que peu de loups c’est pourquoi les meutes sont constituées de maximum 8 individus. Au Canada cependant, le loup chasse de grosses proies comme des bœufs musqués pouvant atteindre 400 kg, permettant à un grand nombre d’individus de se nourrir. C’est pourquoi les meutes peuvent être constituées de 15 individus. Un loup peut ingurgiter jusqu’à 9 kg de viande en un repas permettant alors de survivre les jours d’après s’il n’y a pas de succès à la chasse.

Le loup arctique est un opportuniste, il chasse le bœuf musqué mais aussi le renne ou le caribou mais lorsque ces grosses proies se font plus rares il peut se tourner vers de petits mammifères tels que des lièvres ou des oiseaux. Le taux de réussite des chasses reste cependant très faible.

Les loups n’ont pas de prédateurs naturels, seuls quelques conflits peuvent avoir lieu entre différentes meutes de loups ou si une meute croise un individu seul.

En tant que super prédateurs, ils sont des témoins d’un milieu naturel en bonne santé. Lorsqu’ils chassent, ils vont privilégier des proies malades ou blessées permettant de limiter la propagation de certaines maladies mais aussi de réguler les populations d’herbivores. Un trop grand nombre d’animaux de proies empêcherait une bonne régénération des forêts.

Les loups possèdent un odorat et une ouïe très développés permettant de chasser aussi bien de jour que de nuit. En effet, le loup possède un tissu au niveau de la rétine appelé le tapetum lucidum. Cette structure permet d’augmenter la lumière captée par la rétine et donc de voir avec une luminosité très faible. De ce fait, les loups chassent principalement au crépuscule.

En raison des persécutions humaines et de la destruction du milieu de vie, les populations de loups, Canis lupus, ont considérablement diminué à travers le monde. Seules quelques régions du monde au Canada, aux USA, au Mexique ainsi qu’en Eurasie accueillent des populations. En effet les croyances tenaces du loup mangeur d’homme et de menace pour le bétail ont presque entraîné l’éradication du loup.

Après de multiple battue c’est en 1882 qu’une loi est finalement adoptée dans le but d’exterminer le loup en France. 6000 loups ont été ainsi abattus en l’espace de 7 ans avant que l’espèce ne s’éteigne complètement sur notre territoire en 1930.  

Heureusement, le loup revient doucement depuis les pays voisins comme l’Italie ou l’Espagne qui n’ont pas fait les mêmes erreurs. En 2021, les recensements ont estimé à 625 le nombre d’individus dans notre pays.

Pour le loup arctique vivant dans des zones isolées du nord, les menaces qui pèsent sur lui ne sont donc plus la chasse ou autres persécutions mais la destruction et la fragmentation de son habitat. Ses ressources alimentaires étant d’ores et déjà réduites suite aux réchauffement climatique, la construction de mines, de routes ou encore de pipeline renforce la disparition progressive de ses proies.

La période de reproduction commence dès janvier pour les populations du sud alors que celles du nord se reproduisent plus tard, vers avril. Les femelles sont en chaleur une seule fois par an pendant 5 à 14 jours. Après l’accouplement une tanière est creusée afin de permettre l’élevage des petits en sécurité. La tanière présente une entrée en descente suivie d’une remontée permettant d’éviter les inondations.  Après 2 mois de gestation la femelle met au monde 6-7 louveteaux qui restent dans la tanière environ 10 semaines. Tous les individus de la meute s’occupent des louveteaux, permettant aux aînées d’apprendre à élever des petits. Ces derniers sont nourris par régurgitation durant presque 2 mois avant de pouvoir manger de la viande par eux même. A la naissance les louveteaux pèsent 500 grammes et sont aveugles et sourds. Vers 10 ou 15 jours les yeux commencent à s’ouvrir puis vers 25 ou 30 jours les petits sont capables de marcher et de vocaliser. A la fin de l’été les louveteaux quittent la tanière et se rendent aux différents lieux de rendez-vous, lieux où se trouvent la meute le plus clair de son temps.  Après 10 mois, ils commencent à prendre part à la chasse. Pendant la première année, les louveteaux présentent un pelage plus sombre que les adultes. C’est ensuite vers l’âge de 2-3 ans que les jeunes peuvent partir d’eux même ou être chassés par les parents si la meute commence à être trop nombreuse. Lors de la première année de vie, de nombreux louveteaux succombent des blessures infligées par les grosses proies lors des chasses, de la faim et de maladies. Dans le milieu naturel, la durée de vie des loups dépassent rarement les 10 ans.

Le loup est un animal social qui vit en meute dont la hiérarchie est stable. Au sommet de la hiérarchie se trouve un couple dominant qui est le seul à pouvoir se reproduire. Les autres membres de la meute sont les jeunes du couple. Le rang dans la hiérarchie détermine qui peut se reproduire et qui mange en premier. De nombreux comportements, postures et expressions faciales permettent de montrer la dominance ou à l’inverse la soumission. Le dominant a la queue bien droite et mange en premier alors qu’un individu dominé replie sa queue entre les jambes et mange en dernier. Le nombre d’individus au sein d’une meute varie selon la taille du territoire et l’abondance des proies. En France, le loup chasse des proies de taille moyenne, de ce fait la carcasse ne peut nourrir que peu de loups c’est pourquoi les meutes sont constituées de maximum 8 individus. Au Canada cependant, le loup chasse de grosses proies comme des bœufs musqués pouvant atteindre 400 kg, permettant à un grand nombre d’individus de se nourrir. C’est pourquoi les meutes peuvent être constituées de 15 individus.

Lorsque le mâle et/ou la femelle dominants sont incapable de tenir leur place dans la hiérarchie

Les loups se déplacent généralement de nuit à un rythme de 8 km/h avec des pointes de vitesses de 55 à 70 km/h. De ce fait, les loups peuvent parcourir jusqu’à 200 km en une seule journée.

Les hurlements permettent aux individus d’une meute de communiquer entre eux pour se rassembler pour la chasse et pour les liens sociaux mais aussi pour indiquer à une autre meute que le territoire est déjà occupé. Les individus dominants marquent le territoire olfactivement grâce par exemple aux excréments afin de délimiter le territoire.

Les populations locales désignent le loup arctique par plusieurs mots : “amarok” en inuit, “amagok” en inuvialuit, “amaguk” en inupiat. Découvrez d’autres espèces animales d’Amérique : tapir terrestre, tamarin empereur, tamarin pinché, otarie de Patagonie, otarie de Californie, loup à crinière, fourmilier géant, aigle royal, ara hyacinthe, raton laveur, ours polaire.

Localisation

USA (Alaska), Canada et Groenland.