harfang des neiges

Bubo scandiacus

Ordre : Strigiformes / Famille : Strigidae / Genre : Bubo

statut vu
harfang des neiges 2

Poids

♀ 1000 à 2500 g – ♂ 800 à 1600 g

Milieu

Toundra et Prairie

Régime

Carnivore

Taille

55 – 75 cm envergure 170 – 180 cm

Gestation

30 jours

Longévité

15 ans (30 ans en captivité)

répartition harfang des neiges

Localisation

Alaska, Canada, Groenland, Norvège, Kamtchatka, Chine, Pays Baltes, Etats-Unis.

Qu'est-ce qu'un Harfang des neiges ?

Le harfang des neiges est une espèce de rapaces nocturnes qui se retrouve uniquement dans l’hémisphère nord et plus particulièrement sur les terres autour du cercle polaire arctique. Son aire de répartition géographique s’étend depuis le continent Nord-Américain de l’Alaska jusqu’à l’est du Canada, au Groenland et en Eurasie, de la Norvège jusqu’au Kamtchatka. Lorsque l’hiver est trop rude, ils peuvent migrer plus au Sud, allant parfois même jusqu’en Chine, aux Pays Baltes ou au centre des Etats-Unis.

Ce hibou évolue dans la toundra arctique accidentée où se trouve des roches et une faible végétation composée de graminées, buissons et mousses.

Ces oiseaux sont des carnivores, dont la présence et la reproduction est fortement liée à celle de leurs proies favorites, les lemmings. Ils se nourrissent également de campagnols, de petits oiseaux, ou encore à l’occasion, d’insectes. La plupart du temps, ils avalent leurs proies entières et les éléments qui ne sont pas digérés, comme les os ou les poils, sont alors évacués sous forme de pelotes de réjection. Le vol silencieux lui permet de chasser ses proies sans être repéré.

Lorsque certaines années, les proies sont très abondantes, les couvées de harfang des neiges sont aussi plus importantes. Il peut arriver que les harfang se retrouvent très nombreux sur une zone où les proies sont très présentes, et au contraire, si leurs proies viennent à manquer, les harfangs seront plus rares.

Les harfangs des neiges sont des oiseaux monogames, ils sont matures sexuellement à un an, mais ne se reproduisent qu’à partir de leur deuxième année de vie. Ces oiseaux nichent au sol aux environs du mois de mai. Le nid est sommaire, situé au sommet d’un monticule de terre, afin de pouvoir observer les alentours. Le nid est constitué uniquement d’un creux fait à même le sol, dans lequel la femelle dépose de 3 à 11 œufs de couleur blanche. Seule la femelle couve les œufs durant une période d’environ 33 jours. Les petits sortent de la coquille à quelques jours d’intervalle. La femelle se charge de les maintenir au chaud seule, tandis que le mâle se charge d’apporter de la nourriture au nid. Une fois que les poussins ont atteint l’âge de 3 semaines, les deux parents les laissent seuls afin de pouvoir chasser des proies suffisamment nombreuses pour assurer leur croissance. Les jeunes restent au nid environ 50 jours, mais continuent à vivre autour du site familial durant 2 à 3 mois. Ils naissent couverts d’un épais duvet gris, et les premières plumes qui apparaissent sont également grises, afin de pouvoir se confondre avec le sol et les rochers présents autour du nid.

Le dimorphisme sexuel chez ces oiseaux est marqué par une corpulence plus importante de la femelle, comme chez beaucoup d’autres rapaces d’ailleurs, ainsi que par une différence de coloration du plumage. Le mâle présente un plumage blanc de base, avec très peu de tâches sur le reste du corps. En revanche la femelle possède un plumage blanc très fortement tachetée et rayée de noir sur les ailes, la queue et le ventre.

Comme chez beaucoup de rapaces nocturnes, les harfangs disposent d’un disque facial constitué de plumes, disposées de manière à former une sorte de parabole permettant d’amplifier les sons et de mieux les capter. Les conduits auditifs ne sont pas situés au même niveau au sein du crâne. Cette disposition décalée permet de localiser plus précisément d’où proviennent les sons et donc de mieux localiser les proies.

Les yeux du harfang des neiges sont jaunes, et ne tournent pas dans leurs orbites. Ainsi pour pouvoir voir autour de lui, cet oiseau doit donc tourner la tête pour évaluer son environnement. Sa vision binoculaire lui permet aussi de très bien évaluer les champs de profondeur, afin de pouvoir capturer ses proies.

Comme tous les rapaces nocturnes, le harfang des neiges vole silencieusement. Cette particularité est possible grâce aux plumes qui sont bordées de barbules disposés en peigne. Cette disposition permet de réduire le bruit lors des battements d’ailes.

Pour différencier un hibou d’une chouette, il faut vérifier la présence de petites plumes au sommet du crâne, que l’on nomme des aigrettes. Seuls les hiboux en possèdent et elles sont totalement absentes chez les chouettes. Chez le harfang des neiges, les aigrettes sont belles et bien présentent mais elles sont de taille réduite et repliées sur le crâne, elles sont donc à peine visibles. Le harfang des neiges est donc bien un hibou, et non une chouette.

Le harfang est un animal monogame et diurne. En effet, contrairement aux autres hiboux et chouettes ils sont actifs en journée, de l’aube jusqu’au crépuscule. Cela s’explique par le fait qu’ils vivent dans des régions nordiques, ou le soleil ne se couche pratiquement jamais en été. Ce sont des oiseaux que l’on retrouve souvent au sol ou posés sur un rocher. Très à l’aise sur la terre ferme, ils sont capables de marcher et de courir rapidement.

Le mâle marque le territoire à l’aide de vocalises et de vols particuliers durant lesquels il alterne entre vol battue et vol plané. La démonstration se termine par un piqué vers le sol. Les mâles sont très territoriaux et agressifs. Face à un prédateur, les femelles peuvent simuler une blessure pour l’attirer loin du nid.

De nombreuses menaces pèsent sur les harfangs des neiges qui est classé vulnérable par l’UICN.

Le changement climatique impacte fortement les populations de proies dont dépendent les harfangs des neiges. Le développement urbain qui dégrade les milieux de vie impacte fortement la reproduction des harfangs des neiges qui n’ont plus de zones de nidification. 

Les pièges contre les renards et les poisons à destination des rats provoquent de nombreux décès dans les populations de harfangs des neiges.

Et plein d’autres animaux

Notre parc zoologique accueille une des plus grandes diversités d’espèces animales en France, provenant des 5 continents.