Potamochère roux

Potamochoerus porcus

Ordre : Cetartiodactyla / Famille : Suidae / Genre : Potamochoerus

IUCN-scale-black-LC (1)
potamochère 2

Poids

50-130 kg

Milieu

Forêt

Régime

Omnivore

Taille

1-1,5 m

Gestation

120-127 jours

Longévité

15-20 ans

répartition potamochère roux

Localisation

Afrique de l’ouest et subsaharienne

HABITAT

Le potamochère roux est une espèce présente dans l’Ouest de l’Afrique et en Afrique sub-saharienne centrale, plus précisément de la Guinée jusqu’en République Démocratique du Congo. Il fréquente divers habitats comme des forêts primaires et secondaires, des marécages ainsi que des steppes. Certains potamochères sont aussi présents sur l’île de Madagascar et deux solutions sont possibles pour expliquer cela. La première hypothèse est que ce soit l’Homme qui l’ai importé sur l’île. La deuxième hypothèse est qu’ils soient arrivés sur l’île en dérivant sur des lits de papyrus qui peuvent parfois se détacher et qui flottent parfaitement bien.

Il existe une seconde espèce, le potamochère du Cap qui lui est présent dans les parties Sud et Est du continent africain.

Il existe 2 espèces de potamochères, le potamochère roux et le potamochère du Cap, elles-mêmes divisées en 13 sous-espèces. Les deux espèces se différencient grâce à la coloration du pelage. Le potamochère roux possède plutôt un pelage roux avec une bande blanche le long du dos. Le potamochère du Cap possède un pelage plutôt brun pouvant tirer sur le noir. En règle générale le potamochère possède un masque facial blanc. Le potamochère se différencie facilement des autres membres de la famille des suidés grâce notamment aux pinceaux blancs présents au bout de ses oreilles. Il mesure entre 1 et 1,5 mètre de longueur pour une taille de 50 à 90 cm au garrot. Mâles et femelles sont munis de longues canines, appelés des défenses, qui peuvent mesurer 7 cm pour celles de la mâchoire supérieure et 19 cm pour celles de la mâchoire inférieure.

Les potamochères roux sont des animaux grégaires qui vivent en groupe d’une dizaine d’individus. Au sein de ce groupe évoluent un mâle dominant ainsi que des femelles et des jeunes. Ces petits groupes peuvent fusionner et former des groupes d’une centaine d’individus. Certains individus adultes peuvent cependant être solitaires.

Principalement crépusculaire et nocturne, il passe ses journées au sein d’un terrier creusé dans une végétation dense. Il préfère le couvert de la nuit pour trouver sa nourriture afin de se protéger des prédateurs comme la panthère par exemple. Pour marquer son chemin les mâles marques le sol et les troncs avec les défenses ainsi qu’avec leurs glandes odorantes pré orbitales et plantaires. Lors des affrontements les mâles se fouettent avec leur queue et se donnent des coups de tête et de museau.

Le potamochère est un excellent nageur. Il n’est pas doué que dans l’eau, puisque sur terre il peut atteindre une vitesse de course d’environ 50 km/h.

Le potamochère roux est omnivore et généraliste. Son alimentation se compose de fruits, de graines, de racines, de plantes aquatiques, de champignons, d’œufs, d’oiseaux, de reptiles et d’insectes.

Il arrive que certains individus se nourrissent même sur des carcasses d’animaux. Il est également connu pour ne rien laisser traîner.  En effet, il est souvent observé en train de suivre un groupe de chimpanzés pour récupérer les restes des fruits oubliés ou délaissés. Il trouve son péché mignon, les graines de Balanites wilsoniana non digérées, dans les excréments des éléphants ! Grâce à ses canines surdimensionnées il peut entrer autres creuser le sol à la recherche de racines, bulbes ou encore d’insectes enfouis.

La grande majorité des potamochères vivent en groupes familiaux avec un couple monogame ou seul le mâle est dominant. En période de reproduction, qui débute en septembre et se termine en avril, la femelle creuse un “nid” de 3 mètres de diamètre et d’un mètre de profondeur, aussi appelé une dépression. Tapissé d’herbe, ce nid est alors un lieu favorable pour la mise bas.  Après un temps de gestation d’environ 4 mois, la femelle donne naissance à des petits marcassins pesant entre 600 et 900 grammes. La taille de la portée varie entre 1 et 6 petits. Chaque femelle ne se reproduit qu’une fois par an avec des pics de naissance entre novembre et février, ce qui correspond à la saison chaude et humide. Une fois les marcassins nés, ils restent dans le nid durant les 15 premiers jours avant de pouvoir suivre le reste du groupe. A la naissance les petits ont un pelage noir  tacheté et rayé de blanc crème. Cette coloration permet un meilleur camouflage dans la végétation. C’est seulement vers l’âge de 6 mois que le pelage devient peu à peu de la même couleur que le pelage de leurs parents. Le sevrage a lieu à l’âge de 3 mois et ils atteignent la maturité sexuelle autour des 3 ans.

Les potamochères roux ont une espérance de vie de 15 à 20 ans.

Classé en préoccupation mineure, des menaces pèsent sur eux, notamment la disparition de leur milieu de vie. En effet, la déforestation pour faire place aux cultures réduit considérablement les zones de vie du potamochère. La chasse pour la viande impacte aussi les populations. Malheureusement ils sont également tués car ils ont une étiquette d’animaux nuisibles pour les cultures et d’animaux porteurs de maladies. En effet les potamochères sont porteurs de la peste porcine africaine, qui se transmet aux cochons domestiques via les tiques.

Leurs principaux prédateurs sont les carnivores tels que les panthères, les lions, les hyènes, les crocodiles et les lycaons, mais d’autres animaux peuvent aussi s’en prendre aux marcassins comme les pythons de Seba, des rapaces ou encore des petits félins comme le serval par exemple.

Découvrez d’autres espèces du continent africain : rhinocéros, serpentaire, lycaon, lion, hippopotame, gorille, girafe, éléphant d’Afrique, guépard, caracal, suricate, zèbre, maki catta, serval, aigle royal, lion blanc, gélada, autruche, chat des sables, dik-dik, flamant rose, fennec, mangouste rayée, aigle des steppes, grue royale.

Et plein d’autres animaux

Notre parc zoologique accueille une des plus grandes diversités d’espèces animales en France, provenant des 5 continents.