Grue royale

Balearica regulorum

Ordre : Gruiformes / Famille : Gruidae / Genre : Balearica

statut en danger
Grue-royale 1

Poids

3-4 kg

Milieu

Forêt, zone humide, savane

Régime

Omnivore (graines, insectes, lézards)

Taille

1m10 de haut. Envergure de 180-200 cm

Gestation

30 jours

Longévité

20-25 ans

répartition grue royale

Localisation

Afrique subsaharienne

HABITAT

La grue royale est un grand échassier qui vit sur le continent africain, dans la partie subsaharienne à partir du Congo jusqu’en Afrique du Sud.  

Les grues royales fréquentent des milieux plutôt humides, comme des étangs, des marais ou des prairies inondables. Il n’est pas rare d’en retrouver dans les cultures et les pâturages. Ces oiseaux séjournent également dans des lacs saisonniers peu profonds appelés des vleis. Les habitats sélectionnés présentent des arbres afin de pouvoir s’y percher.

Il n’existe pas de dimorphisme sexuel chez les grues royales. Les mâles et les femelles présentent un plumage similaire. La tête présente un front et une calotte noirs, des joues blanches, une tache rouge derrière l’œil ainsi qu’une couronne de plumes dorées à l’arrière du crâne. Le cou gris clair présente une belle caroncule rouge. Le corps est de couleur grise. Les ailes sont de couleurs blanches et possèdent des rémiges primaires noires et des rémiges secondaires brunes. Les juvéniles présentent des couleurs similaires aux adultes en plus terne et possèdent le plumage adulte vers l’âge de 1 an.

Les pattes noires possèdent un long doigt postérieur utilisé pour se percher dans les arbres. Ces oiseaux mesurent jusqu’à 110 cm avec une envergure de 180 à 200 cm pour 3 – 4 kg.

Les grues royales sont des oiseaux monogames et restent avec le même partenaire toute leur vie. Elles vivent en couple au sein de groupes composés d’environ vingt individus. Différents groupes peuvent se rassembler et former des colonies de 200 individus.

Ces oiseaux ne migrent pas mais se déplacent selon les ressources en nourriture et en eau. Ils sont extrêmement territoriaux concernant les lieux de nidification mais ne le sont pas pour les lieux d’alimentation.

Ce sont des oiseaux omnivores, qui se nourrissent principalement de graines, de jeunes pousses, d’insectes ou autres invertébrés ainsi que de batraciens et petits reptiles. Elles profitent de la présence d’autres animaux perturbateurs pour se nourrir d’insectes. En effet, elles suivent le bétail pour profiter des insectes dérangés.

Lors de la reproduction, les deux individus se livrent à un balai nuptial. Ils ouvrent grand leurs ailes et se mettent à danser en bondissant en l’air.  Simultanément, ils poussent des cris puissants en gonflant leur sac gulaire rouge. Ce cri est un “waou” souvent doublé qui peut se faire passer pour un miaulement. Le nid est confectionné au sol dans ou proche d’un point d’eau peu profond. Elles apprécient les zones d’herbe hautes pour le cacher et pouvoir surveiller les environs en restant camouflées. La période de reproduction varie selon la saison des pluies : en Afrique de Sud et les alentours, qui sont des zones sèches, la reproduction a lieu principalement pendant les périodes pluvieuses d’octobre à avril avec des pics entre décembre et février. En Afrique de l’Est, zone humide, la reproduction peut avoir lieu toute l’année.

La femelle pond entre 2 et 4 œufs par couvée, les œufs de grues royales ont une couleur bleu clair.

Les jeunes quittent le nid entre 56 et 100 jours après l’éclosion et forment des groupes d’immatures. La maturité sexuelle intervient généralement au cours de la 3ème année de vie.

Ces oiseaux peuvent vivre environ une vingtaine d’années à l’état sauvage, et environ 25 ans en captivité.

Les menaces qui pèsent sur les grues royales sont la dégradation et la destruction de leurs zones de vie. Cela résulte de plusieurs choses comme le drainage des zones humides, l’usage de pesticides, le surpâturage, la construction de barrages …

Le trafic d’animaux ainsi que la chasse ne sont pas des dangers négligeables non plus. Leur territoire étant réduit, elles vivent de plus en plus près des zones urbanisées. Beaucoup meurent donc par empoisonnement dans le but de protéger les semis.

Les électrocutions et les collisions avec les lignes à haute tension sont également responsables de nombreux décès.

Avec une population mondiale estimée entre 17 et 22 000 individus matures, la grue royale est aujourd’hui classée en danger par l’UICN.

Anecdote :

  • Avant de s’envoler, une grue a besoin de prendre son élan en courant.
  • Les couples sont souvent formés pour la vie, et font partie d’un groupe d’une vingtaine d’individus.
  • C’est l’oiseau national de l’Ouganda.
  • Elle est utilisée par les agriculteurs pour réduire la quantité d’insectes dans les champs.
  • La grue royale est l’une des deux seules espèces de grues à pouvoir se percher dans les arbres grâce à leurs longs orteils postérieurs, la deuxième espèce étant la grue couronnée.

Les principaux prédateurs de la grue royale sont les chiens domestiques. Afin de réduire le taux de prédation, ces oiseaux se perchent donc en hauteur ou, selon certaines études, évoluent aux côtés de grands bovins qui intimident les prédateurs.

Découvrez d’autres espèces du continent africain : rhinocéros, serpentaire, lycaon, lion, hippopotame, gorille, girafe, éléphant d’Afrique, guépard, caracal, suricate, zèbre, maki catta, serval, aigle royal, lion blanc, gélada, autruche, chat des sables, dik-dik, flamant rose, fennec, mangouste rayée, aigle des steppes.

Et plein d’autres animaux

Notre parc zoologique accueille une des plus grandes diversités d’espèces animales en France, provenant des 5 continents.