mangouste rayée

Mungos mungo

Ordre : Carnivora / Famille : Herpestidae / Genre : Mungos

IUCN-scale-black-LC (1)
mangouste rayée zoo Amnéville 2

Poids

1000-1500 g

Milieu

Semi désertique, savane, prairie

Régime

Omnivore

Taille

55-60 cm de long avec la queue

Gestation

60 jours

Longévité

10 ans

répartition mangouste rayée

Localisation

Afrique

Qu'est-ce qu'une mangouste rayée ?

La mangouste rayée se distingue des autres mangouste grâce aux bandes noires qu’elle a sur le dos. Originaire d’Afrique, elle fréquente les prairies, les zones boisées ou rocheuses subsahariennes de la Gambie à l’Ethiopie et jusqu’en Afrique du Sud. On l’observe souvent à proximité des points d’eau. Elle est absente des régions désertiques et semi-désertiques. La mangouste vit souvent aux alentours de termitières, servant ainsi de ressource de nourriture.

On trouve la mangouste rayée dans plusieurs pays d’Afrique : de la Gambie à l’Ethiopie et l’Afrique du Sud.

Toutes les femelles d’un groupe peuvent se reproduire. La gestation plutôt courte est de deux mois et une portée compte entre 2 et 6 petits. La reproduction au sein d’un groupe est synchronisée, ce qui permet aux jeunes d’être allaités par n’importe quelle femelle en lactation. Tous les membres du groupe s’occupent des jeunes et évoluent ensemble en gardant un étroit contact grâce à des vocalises bien spécifiques. A la naissance les petits sont aveugles et pratiquement dépourvus de poils. Bien cachés dans un terrier, c’est au bout d’environ 2 semaines que leur pelage est entièrement développé. Après 5 semaines, les jeunes mangoustes accompagnent les adultes pour la recherche de nourriture.

D’allure gentille et adorable, la mangouste rayée peut faire preuve d’une violence sporadique envers les membres de leur propre groupe. Souvent motivé par une compétition dans la reproduction, ce comportement permettrait le départ de certains afin de former de nouveaux groupes, et ainsi éviter la consanguinité.

En dehors de la période de reproduction, ces animaux diurnes vont régulièrement changer de terrier, en privilégiant des sites favoris et en dénichant des trous déjà existants ou creusés par d’autres espèces.

Lorsque les membres du groupe partent à la recherche de nourriture, plusieurs femelles, généralement une pour 8 petits, restent auprès de ces derniers. Lorsqu’un danger est détecté, un individu lance l’alerte en émettant un cri aigu d’avertissement. Certains individus peuvent se dresser sur leurs pattes arrière pour évaluer la situation. Si le terrain permet une fuite facile, ils se dispersent et restent en contact grâce à leurs cris. Par contre, si la fuite n’est pas possible, tous les membres du groupe se rassemblent avec les plus jeunes au centre afin de les protéger.

Chaque individu recherche individuellement sa nourriture qui se compose principalement d’insectes mais aussi de fruits, de feuilles, de petits mammifères et de reptiles. Les mangoustes apprécient aussi dénicher des œufs ou des escargots, elles vont alors utiliser leurs pattes avant afin de les projeter en arrière contre une surface solide. Cependant, lorsqu’une proie de taille conséquente est trouvée, comme un serpent par exemple, les mangoustes coopèrent pour en venir à bout. Les individus invalides ou âgés ne sont pas laissés de côté, la nourriture leur sera apportée par leurs congénères.

Pour de temps à autre avoir un accès privilégié à de la nourriture, les mangoustes rayées entretiennent une relation symbiotique avec des phacochères, aussi appelé sanglier des savanes. Ces derniers laissent les mangoustes se déplacer aisément sur leur corps pour les débarrasser des parasites et insectes qui les recouvrent. Ainsi elles soulagent les phacochères qui en retour leur offrent une certaine protection contre les prédateurs rien que par leur présence.

Parmi la trentaine d’espèces de mangoustes, variant de 23 à 75 cm, la mangouste rayée est de taille moyenne, un individu adulte pouvant atteindre 1.5 kg et 60 cm. Elle est aussi la plus sociale parmi les différentes espèces, vivant en groupe de 10 à 20 individus. L’organisation sociale semble être matriarcale, c’est donc une femelle qui se trouve au sommet de la hiérarchie.

De par sa taille, la mangouste rayée a de nombreux prédateurs comme le marabout, les rapaces, le varan du Nil, le python de Seba, ainsi que les plus grands carnivores. Le taux de mortalité des jeunes est ainsi très élevé, moins de 50% atteignent l’âge de 3 mois.

La mangouste rayée n’est pas particulièrement menacée. Son aire de répartition est vaste et elle s’adapte plutôt bien aux activités humaines. Elle est classée « préoccupation mineure” sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Toutefois, elle est parfois consommée localement. Découvrez d’autres espèces du continent africain : rhinocéros, serpentaire, lycaon, lion, hippopotame, gorille, girafe, éléphant d’Afrique, guépard, caracal, suricate, zèbre, maki catta, serval, aigle royal, lion blanc, gélada, autruche, chat des sables, dik-dik, flamant rose, fennec.

Et plein d’autres animaux

Notre parc zoologique accueille une des plus grandes diversités d’espèces animales en France, provenant des 5 continents.